Avance, regarde derrière, mais n'oublie pas de vivre...

23 janvier 2021

Le passé me rattrape.

Aujourd'hui, alors que depuis plus de six mois je m'y refuse, la boule au ventre je l'ai fait.

A chaque fois que je cherche des photos, je passe au plus vite sur les périodes la concernant. Parce que je sais l'effet que ça produit, parce que malgré le fait que je pense régulièrement à elle, la voir est encore plus destructeur. Ses yeux, son regard, même en photo me percent.

Mais aujourd'hui, j'ai franchi le cap. Peu-être une envie cachée de me faire du mal. Mais j'ai regardé les photos de cet été. La voir, mais surtout me souvenir de chaque instant. Je ne sais ps ce qui m'a fait le plus mal. Ce que chaque jour je refoule au plus loin. Depuis, je ne marche qu'au radar.. 

Posté par Decalange à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 janvier 2021

Flou

Ces vacances étaient un test, une façon de savoir ou j'en étais.

Début décembre j'étais empli de ceritude. Je pensais avoir fait la part des choses, sans dire que j'avais fait la paix avec mes sentiments je les avais au moins trié. J'avais évacué la frustration, la colère. Le perpetuel état de nerfs à fleur de peau de cet été était loin de moi.
J'avais quelques appréhension quant au fait de la revoir.
Pour être honnête, je ne savais pas comment réagir, où pire encore comment j'allais réagir. Le flou total.

Je cuisine la musique sur les oreilles, il est tard. Elle arrive, les salue puis me rejoind dans la cuisine. Je n'ai pas de mot pour la décrire, juste une réaction. Mon rythme cardiaque s'accelère, la voir me retourne. En l'espace de quelques secondes tout ce que je croyais avoir trié explose.

J

Posté par Decalange à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2021

J'ai du mal à porter,

à supporter ton regard.

Non  pas que ce soit difficile,

Mais je ne sais plus ou se trouve ma place. 

Avec le temps je pensais avoir atténué ton emprise, 

Diminué cet intengible lien.

Je veux te regarder, 

Te percer à jour,

Voir au fond de tes yeux la vérité,

celle que tu ne cesses de me cacher. 

Posté par Decalange à 01:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2021

L'impression d'être enchaîné,
D'être entouré d'une cage dorée.
Je vis toujours, je respire,
En journée, le monde fourmille
Donc pour donner le change, je souris.
Je souris car je ne sais pas ce que je dois faire.
J'ai l'impression qu'on m'arrache le coeur en deux.
Je sens chaque fibre se détacher lentement.
Parce que pour que tout se passe au mieux, je l'évite, je baisse les yeux.
J'ai envie, je l'envie.
Elle reste en mon sien.
A la fois bourreau et gardien,
Je veille à ce qu'il n'en ressorte rien.
Brisant le moindre espoir,
Le moindre germe d'une chose qui n'existera pas.
Une fois de plus les plaies fraichement ouvertes,
Ce coeur fraichement offert
Sera recousu avec du fil barbelé. 

Posté par Decalange à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2021

Premier décembre.

Le 30 dec pas de stress, détendu. Puis j'ai appris qu'elle venait le 1er. Dans ma tête tout l'inverse, une alanche de questions. Comment réagir ? Dois-je partir ? Qu'3st ce que je dois faire ?
Jusqu'à ce qu'elle arrive je me suis imaginé le pire scénario.
Une fois arrivée j'ai fui, ne sachant comment réagir, ou du moins pour me préserver, j'ai fui.
5 mois plus tards je ne suis pas prêt, je n'arriverai pas à avoir quelques discussions anodines avec elle. Pas que je ne sois pas prêt a revivre ce moment intense, mais je me suis juré de ne pas l'imposer.
Je sais qu'elle est là, à côté de moi, mais je reste froid, distant. Tout ce que je déteste la concernant.
En évitant de la regarder, j'évite de me faire du mal, mais ce n'est que fuir l'évidence.
Je me mure dans le silence, feignant d'egre occupé. J'aime cuisiner, ce n'est pas une contrainte. Mais aujourd'hui c'est une excuse, une occasion de paraître concentré pour éviter toute effusion de ma part. Une excuse pour ne pas m'exprimer, ne pas lui faire peur, la laisser tranquille.
5 mois plus tard, à un moment, j'ai senti ce moment de complicité, ce regard. J'ai eu l'impression que ces 5 mois se sont effacés. Puis m'est revenue en mémoire la promesse que je m suis faites, ne pas refaire vivre cette situation aux autres.
A chaque regard, si je ne l'ai pas fui, j'ai essayé de n'afficher aucune émotion. Je me suis laissé aller parce que j'i un peu bu, mais j'ai éviter tout contact physique.
Elle n'est là que depuis quelqies heure et j'ai l'impression de passer mon temps à la fuir.
Je ne sais pas comment réagir face à elle. Je me focalise sur les chiens, matt ou aurélie. Tout sauf elle.
Et comme Ben Mazue le dit:
"J'écris, gonflé d'espoir, ou triste comme un dimanche
J'écris, quand je veux y croire
Ou quand ma bonne étoile flanche
L'essence de mon âme brille quand je mets des mots
Sur les émotions qui torpillent mon cœur jusqu'au stylo
J'écris, pour expliquer, parce qu'en expliquant j'éteins
Un malaise, qui veut pas me lâcher, depuis le matin
J'écris, tant pis si c'est mauvais, et tant pis si c'est perdu
C'est une question d'équilibre et c'est pas toujours pour être lu. "

Posté par Decalange à 01:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 novembre 2020

Fuite

Je veux que ça sorte, mais je ne sais pas quoi.
A nouveau seul, à nouveau à penser.
La course reprend, effrénée et fatiguante.
Une course ou la fuite est la seule suite.
Dès le réveil sur pas de la porte elle m'attend,
Il n'est pas nécessaire de l'apercevoir pour la sentir.
Elle est là dans l'ombre, dans mon ombre...
Alors, d'un coup pour la surprendre je cours,
Enragé, incontrollable
Mais elle me suis inéluctablement.
Le reste de la journée n'est qu'une suite d'esquive,
Seulement quand tombe la nuit elle me rattrape,
Je n'en ai pas peur,
Mais je redoute ce qu'elle va projeter.
Je la vois, je me vois.
Dans ses yeux, nulle méchanceté,
Juste le reflet d'un regard blessé.
Elle me rends juste ce que le matin je me suis arraché,
Tout rouge et tout saignant,
Mon coeur ensanglanté. 

 

Posté par Decalange à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2020

Repose toi bien.

Non pas ce soir,
Je suis fatigué,
Je suis énervé,
Non las en fait.
Je ne sais pas comment je tiens, je cumule la fatigue esperant dormir. Sauf que dormir, une vrai nuit de sommeil m'est impossible...je me réveille à 5h00. Pourquoi aller dormir alors que je serais toujours autant fatigué au final?

Posté par Decalange à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2020

Complainte

Je ne suis qu'un con, je ne peux m'en prendre qu'à moi. Je me souviens maintenant pourquoi je reste seul, pourquoi j'ai toujours fait en sorte de le rester. Marre de souffrir de ma bétise, de me laisser aller.

Mais comment ne pas me laisser aller?
Une rencontre inattendue, rien n'est calculé, rien. Des gestes, des attitudes. J'ai, il y a bien longtemps fermé mon corps et mon coeur à tout ça. Et voilà que je reçois des signaux, plus de gentillesse qu'habituellement. Je reste con, je me pose des questions mais je trouve le courage de lui parler, de lui demander.
Nous nous écrivons, je ne comprends pas tout, je me fais surtement des films. Je suis entier, je ne joue pas un rôle, quand je m'inquiète pour quelqu'un, je m'inquiète vraiment, je suis prêt a faire des choses qui peuvent paraitres démesurées. Te dire que le 24 si ça se passait mal j'étais prêt à venir t'aider à supporter la situation sans aucune autre intention. Juste t'aider à passer le moment. 

N'ayant depuis longtemps laisser autour de moi, que de la place pour l'amitié, je me suis fermé à toute sort de tendresse et d'emotion a mon sujet.
Tes gestes, la douceur de tes mouvements et tes regards doux m'ont donné l'impression d'être. Pour les autres je m'enfous, à tes yeux m'a suffit.
J'ai vu tes gestes, ta douceur, tes regards taquins tes petits jeux malicieux. Je ne pense pas être idiots, ne pas comprendre tout cela.
J'ai tout aimé, je ne regrette rien. Comment l'aurai-je pu?
Je t'ai dit ma vérité ce que j'ai vécu, c'est la première fois que c'est comme ça, ce lien que je ne comprends pas mais qui me déchire.

Tu as peur? Rassures toi moi aussi. 
Pourquoi ? 

Posté par Decalange à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2020

Toi

La première fois je ne les ai pas vus,

Je te voyais t'agiter, t'occuper, essayer de respirer.

Ne comprennant pas ce sue tu faisais, je suis venu t'aider.

" Tu ne veux pas t'arrêter ?"

Tu n'as pas voulu, de peur de sombrer.

Le temps passant, nous avons parlé,

Je t'ai dit des choses, la vérité,

Qu'il y a longtemps je t'avais remarqué,

Qu'il y a longtemps j'avais abandonné.

En peu de temps nous avons échangé, joué,

Mais toujours avec retenue.

 

J'attendais comme un enfant de te revoir,

Et c'est arrivé, tu es arrivée...

Qu'est-ce que que je fais ?

Tadam... Tadam... Tadam

Mon coeur s'accélèrait, qu'est-ce que je fais ???!!!

On ne s'est pas enlacé, 

 Timide et un peu gêné.

Puis crescendo, on apprenait à se connaître.

Je n'osais pas mais je l'ai fait,

Maladroitement pour commencer,

Mais plus taquin après.

A ce moment dans ma tête beaucoup de choses s'emmêlaient.

J'ai aimé te surprendre,

Faire courir ma main le long de ta colonne,

Voir ton dos se cambrer,

Tes omoplates se resserer,

Et ton regard..

Entrelacer ta main, la careser...

Tellement de moments.

Quand tu m'agrippais par derrière,

Collant tes douces lèvres sur ma nuque.

Heureux que tu ne vois pas mon visage,

Mi panique, mi plaisir,

Ne sachant comment réagir.

Tout ces moments d'intimité

Que je revis rien que d'en parler.

Chaque occasion était une excuse pour se toucher, s'effleurer.

 

Et tes yeux,

Ces yeux que je n'ai cessé de fixer.

C'etait plus fort que moi, je devais les regarder.

Tantôt saphir, tantôt émeraude,

Pour ne pas être happé par ces deux perles,

Je fixais mon assiette.

Et malgré moi lorsque je lachais prise,

Il n'y avait que toi, tes yeux et rien d'autre autour.

Une bulle, un cocon qui nous entoure. 

Posté par Decalange à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2020

Ma tête et mon coeur.

Ce soir ma tete et mon coeur,

Que je pensais connaître par coeur

M'ont joué un tour.

Ce soir je n'écoute que ma tête,

Car faire le tri est un parcours.

Mon, coeur me dit d'y aller

De continuer, de foncer au pire que peut'il marriver? Et là ma tête agit,

Me protège et me dit

"A quoi rime ceci ? Une amourette ou un defi,

Un coup de coeur ou un non dit ?"

Je pends la parole et explose

" Mais ne comprenez vous pas ce que je m'impose ?

Ces règles si con sur lesquelles je me repose.

Respect et fidélité en amitiés colle en amour."

Ma tête aussi me joue des tours,

Elle laisse mon coeur suivre son cours.

Une jour au detour d'une course,

Ma tête apparait et stope son tour.

Je ne peux compter sur aucun des deux pour me guider.

Je ne sais pas ou je vais aller...

Posté par Decalange à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]