Je ne suis qu'un con, je ne peux m'en prendre qu'à moi. Je me souviens maintenant pourquoi je reste seul, pourquoi j'ai toujours fait en sorte de le rester. Marre de souffrir de ma bétise, de me laisser aller.

Mais comment ne pas me laisser aller?
Une rencontre inattendue, rien n'est calculé, rien. Des gestes, des attitudes. J'ai, il y a bien longtemps fermé mon corps et mon coeur à tout ça. Et voilà que je reçois des signaux, plus de gentillesse qu'habituellement. Je reste con, je me pose des questions mais je trouve le courage de lui parler, de lui demander.
Nous nous écrivons, je ne comprends pas tout, je me fais surtement des films. Je suis entier, je ne joue pas un rôle, quand je m'inquiète pour quelqu'un, je m'inquiète vraiment, je suis prêt a faire des choses qui peuvent paraitres démesurées. Te dire que le 24 si ça se passait mal j'étais prêt à venir t'aider à supporter la situation sans aucune autre intention. Juste t'aider à passer le moment. 

N'ayant depuis longtemps laisser autour de moi, que de la place pour l'amitié, je me suis fermé à toute sort de tendresse et d'emotion a mon sujet.
Tes gestes, la douceur de tes mouvements et tes regards doux m'ont donné l'impression d'être. Pour les autres je m'enfous, à tes yeux m'a suffit.
J'ai vu tes gestes, ta douceur, tes regards taquins tes petits jeux malicieux. Je ne pense pas être idiots, ne pas comprendre tout cela.
J'ai tout aimé, je ne regrette rien. Comment l'aurai-je pu?
Je t'ai dit ma vérité ce que j'ai vécu, c'est la première fois que c'est comme ça, ce lien que je ne comprends pas mais qui me déchire.

Tu as peur? Rassures toi moi aussi. 
Pourquoi ?