L'impression d'être enchaîné,
D'être entouré d'une cage dorée.
Je vis toujours, je respire,
En journée, le monde fourmille
Donc pour donner le change, je souris.
Je souris car je ne sais pas ce que je dois faire.
J'ai l'impression qu'on m'arrache le coeur en deux.
Je sens chaque fibre se détacher lentement.
Parce que pour que tout se passe au mieux, je l'évite, je baisse les yeux.
J'ai envie, je l'envie.
Elle reste en mon sien.
A la fois bourreau et gardien,
Je veille à ce qu'il n'en ressorte rien.
Brisant le moindre espoir,
Le moindre germe d'une chose qui n'existera pas.
Une fois de plus les plaies fraichement ouvertes,
Ce coeur fraichement offert
Sera recousu avec du fil barbelé.